Maison des avocats, Lyon

Nom du project
Maison des avocats et bureaux

Reconnaissance
Sélection prix Mies van der Rohe, Finaliste FAD

Situation
57 rue Servient, Lyon

Architecte/s

OAB, Dumetier Design et Peñín Architects



Collaborateurs

MOE:  Flying  Gestion

BET Structure:    DPI

BET Fluides: GC2E



Collaborateurs architecture

Marta Gómez,  achitecte

Annick Joubert,  achitecte

Jean Baptiste Pierru,  achitect



Maître d'ouvrage
SOGV

Date de projet
2014

Date de fin chantiers
2018

Budget
8.900.000+TVA

Surface
/.000 SDP

Photographie
Joan Guillamat

Description

A la ville de Lyon la rue de Servient intègre un potentiel urbain qui fait particulièrement intéressante la parcelle des anciennes archives départementaux située en centre ville près du Palais de Justice et de la Gare de Part Dieu.

La première décision du projet est donc de faire apparaitre cette multiplicité urbaine à laquelle s’ajoute un programme hybride avec trois fonctions : école et ordre des avocats et bureaux libres.

Le projet refuse l’opacité de certains sièges officiaux et parie par la transparence de ses activités. Un bâtiment privé mais de caractère public et institutionnel qui montre ses circulations, sa division programmatique horizontale et qui se fait accessible et visible depuis l’espace public. Ainsi la ville participe de l’activité à travers cette sorte de radiographie d’une activité diverse.

Situés aux angles les halls de l’Ecole et de l’Ordre réalisent, se complètent avec le hall principal des bureaux, rue de Servient. L’accès à l’Ecole se réalise directement au premier étage sur le couloir d’accès aux salles de classe en provoquant une césure horizontale en façade. De son côté, les salles de classe regardent à la cour intérieure tranquille et orientée au Nord.

À chaque étage une série de fentes en façade permet d’illuminer les espaces communs. Une d’entre elles dessine un volume émergent qui tout en respectant le retrait de l’attique propose un phare urbain perçue depuis le Palais de Justice.

Une trame structurelle –qui obéit au patron canonique de 2.70m des bureaux- permet d’accueillir des gardes corps, protections solaires, fixer certains éléments de façade et finalement attribuer une certaine matérialité, texture et échelle à la façade, perçue toujours latéralement et en mouvement. De grandes pièces de verre alternent en échelle et position avec des modénatures en pierre argentée et permettent l’intégration d’ouvrants variés en taille et position.

Ce système de rythmes et variations matérielles confère à l’architecture une certaine ambivalence, monumentale ou légère, tectonique ou dématérialisée, en fonction des conditions de la lumière et se montre ainsi comme un instrument efficace face à l’échelle et le programme du projet.




Infolegal
ESP ENG FRA